Le Martin Pêcheur d’Europe

Martin Pêcheur mâle

description

Martin Pêcheur d’Europe

Nom latin: Alcedo atthis

Famille: Alcedinidé

Espèce vivant principalement en Europe mais également en Afrique du Sud et en Asie du Sud-Est.

Petit oiseau d’environ 17cm pour 40g et vivant en moyenne 15ans.

Envergure de 23 à 28cm ailes déployées.

Son plumage très coloré avec des reflets métalliques, ce qui constitue un très bon camouflage lorsqu’il vole au ras de l’eau. Ses ailes ainsi que sa queue sont très courtes. Ce qui lui permet un meilleur appui sur l’eau. L’imperméabilité de son plumage et l’isolation thermique, sont garanties par ses plumes courtes et denses. Ce qui favorise la pénétration dans l’eau. 

Il se caractérise par son vol très rapide au ras de l’eau et en ligne droite (environ 40-45 km/h) ainsi que son cri “tchiiii” très aigu et strident. Au printemps et en automne, il émet un autre cri “chri-ti-tit” plus agressif, pour éloigner les intrus.

Spécificité 

Comme presque tous les oiseaux, le Martin Pêcheur n’a pas d’odorat. Il utilise son ouïe et sa vue qui est très développée. Sous l’eau, protégés par une membrane, ou troisième paupière, l’œil possède une seconde fovéa située en arrière de la fovéa centrale. Une image se forme lorsqu’un objet est vu des deux yeux avec la même acuité. On retrouve cette adaptation notamment chez les rapaces diurnes. La troisième paupière est presque transparente. Hors de l’eau, elle ne recouvre pas l’œil mais sert, par un rapide balayage, à nettoyer la surface du globe oculaire.

Il entretient son plumage avec soin. Ses séances de lissage durent une vingtaine de minutes et peuvent se répéter jusqu’à six fois/jour.     

On dénombre une centaine d’espèces de Martins Pêcheurs, dont le Martin Pêcheur d’Europe que nous retrouvons chez nous.

 

identification

La femelle

On peut reconnaître la femelle par sa mandibule inférieure rouge/orange.

Martin Pêcheur femelle
Martin Pêcheur mâle

Le mâle

Il se dinstingue de la femelle par son bec entièrement noir. 

Le juvénile

Il se reconnaît par ses pattes noires.

Martin Pêcheur juvénile

habitat

Le Martin Pêcheur se trouve au bord de cours d’eau calme (lac, rivière, fleuve) propre et peu profonde. En hiver, il est parfois obligé de trouver des eaux non gelées. C’est pour cela que nous pouvons l’observer en bord de mer. Il utilise généralement les branches d’arbres et poteaux en bord de rive comme promontoire pour observer ses futures proies. 

Mâle et femelle creusent une galerie pouvant atteindre 1m de long dans les berges, finissant par une chambre de ponte. C’est là que la femelle pondra entre avril et juillet entre 5 et 8 œufs qu’elle couvera avec le mâle.

Chaque année, le Martin Pêcheur doit creuser une nouvelle galerie pour y déposer sa future portée. La précédente étant salie de déjections et de reste de nourriture, il n’y est plus possible d’y habiter. 

 

 

alimentation

Sa principale source de nourriture est le poisson. Mais il mange aussi des larves d’insectes aquatiques, crustacés et batraciens. 

Il s’installe sur son perchoir qui surplombe l’eau et attend sa proie, immobile. Une fois repéré, il s’envole et fait un piqué. Avec cette technique, il peut atteindre une profondeur allant jusqu’à 1m. De retour sur son promontoire, le Martin Pêcheur assomme sa proie sur le sol ou la branche et l’avale tête la première de façon à ce que les nageoires et les écailles ne le gêne pas. De ce fait, il est souvent obligé de lancer le poisson pour le rattraper dans la bonne position. 

Dès son plus jeune âge, le Martin Pêcheur rejette après ses repas une pelote de réjection. Petite et de forme ovale, elle se compose d’arêtes et d’écailles que l’oiseau n’a pu digérer. Parfois nous pouvons aussi y trouver des restes de gros insectes comme libellules ou coléoptères.

 

Martin Pêcheur

Martin Pêcheur et sa proie.

Martin Pêcheur

Pelote de rejection.

comportement

Au printemps, le mâle se met en quête d’une compagne qui, peut se trouver être la même que l’année précédente. La formation du couple commence par un jeu de poursuites aériennes ponctuées par des cris aigus. Ce phénomène a pour but de neutraliser l’agressivité que les oiseaux ont envers les autres individus de la même espèce. La position que les deux partenaires adoptent lorsqu’ils se posent l’un près de l’autre, ressemble à leur posture de menace et d’intimidation. Bec pointé vers le haut, mais contrairement à ce dernier, les plumes du crâne et du dos ne sont pas redressées.

Aussitôt que la femelle accepte son partenaire en restant près de lui, elle aide le mâle à la construction du nid. Une fois celui-ci terminé, la parade nuptiale commence. Lors du premier accouplement, le mâle pêche un poisson qu’il offre à sa femelle. Celle-ci accepte l’offrande et imite le comportement des jeunes oiseaux, en quémandant de la nourriture pour stimuler son partenaire. 

conservation et protection

Le Martin Pêcheur d’Europe n’est pas une espèce en danger. Cependant, la dégradation de son habitat notamment sur les berges et la pollution des eaux, font que ce sont de véritables menaces pour l’oiseau.

L’espèce est protégée en France depuis 1981. Il est donc interdit de le chasser, le tuer ou le capturer. Il est également interdit de détruire les nids ou les œufs.

Martin Pêcheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Nullam mattis vel, elit. dolor. id quis